jeudi 18 décembre 2008

Joyeux Noël et Bonne Année à tous !








Photos d'amour et d'amitié... Que demander de plus en cette saison de magie ?

Noël ! Synonyme de chants remplis d'émotion et de francs rires à l'unisson dans chaque famille, dans chaque maison, tandis que le coeur repose sur la main...
Noël ! Que de doux souvenirs éveille ce petit mot porteur de mille merveilles, à l'image du sapin orné, chargé de scintillantes décorations, autour duquel se déroulent toutes nos célébrations...

À l'occasion du temps des fêtes, rien n'est plus agréable que de festoyer avec ceux qu'on aime. Beaucoup de bonheur, de douceur et de sérénité pour la Nouvelle Année, ainsi que la réalisation de tous vos projets les plus chers !




vendredi 12 décembre 2008

J'ai fait place à la douceur de vivre.





Comme promis, voici quelques photos que j'ai prises au cours de ma petite escapade...

À mon humble avis, elles sont pas mal plus reposantes que les récentes manchettes, ne croyez-vous pas ?

Je vous reviendrai sous peu pour vous offrir mes meilleurs voeux de la saison. À bientôt, donc !

mardi 9 décembre 2008

Cette putain d'imprimante ne fonctionne pas !

Quelle salade, mes amis, quelle salade !

Je n’en pouvais plus d’entendre parler de coalition, d’idées de l’extrême droite, de crise économique mondiale, d’élections à venir, de Charest, de Marois, de Dumont, de Harper, de Dion, de Layton, de Duceppe … Après tout, il ne faudrait pas oublier que les plus belles promesses ne peuvent tout simplement pas cacher la sécheresse du cœur et ce, qu’il s’agisse de celui de nos politiciens, de nos journalistes ou de qui que ce soit.

Je me suis donc enfuie et j’ai tout fermé… Télé, radio, ordi et journaux n’étaient pas les bienvenus et ont été mis au rancart pendant quelques jours. La paix recherchée a été trouvée et je publierai des photos sous peu, mais pour le moment, voici un clip qui, sans aucun doute, vous amusera. Personnellement, il m’a fait rire aux larmes et à mon humble avis, le rire est ce qui nous fait survivre ces temps-ci. N'oubliez pas de mettre le son.

De plus, j’ai fait une grande découverte : j’ai trouvé la différence entre l’homme et la femme !

Une femme veut qu’un homme satisfasse tous ses désirs.
Un homme veut que toutes les femmes satisfassent son seul désir.

Rions, mes amis, rions! :-)



video

lundi 24 novembre 2008

Le 21 novembre 2008, au petit matin...





Je t'offre ce ciel du 21 novembre, Aaron. Un lever du jour vu sous trois angles, un ciel à la fois triste et lumineux, comme toi...

On ne peut pas oublier tant de talent, tant de beauté intérieure, tant de génie, tant de créativité... On ne peut pas oublier ton sourire, ta chaleur, ta grande générosité, ta douce compassion...

Ta voix s'est peut-être éteinte il y a un an, quand tu as mis fin à tes jours, mais nous entendrons toujours ta musique.

Je reprends une phrase que j'ai entendue (ou lue, je ne sais plus), il y a si longtemps... Une phrase qui ne voulait rien dire quand je préparais mon bac, mais qui, aujourd'hui, me prend à la gorge... Une phrase que tous ceux et celles qui ont eu le bonheur de te connaître, et surtout ta famille immédiate, voudraient sûrement te dédier :

J'étais si près de toi que j'ai froid près des autres.

Repose en paix, petit ange aux grands tourments...

(Pour en savoir davantage, prière de lire mon billet du jeudi 6 décembre 2007.)

lundi 17 novembre 2008

LES DROITS DE LA PERSONNE ENGLOBENT-ILS VRAIMENT CEUX DES FEMMES ?




Au Canada, oui, peut-être, mais ailleurs ?

Si l’on regarde autour du monde, isn’t it still A MAN’S WORLD et par conséquent, ces droits ne protègent-ils que les hommes ?

Selon Anne Ste-Marie, responsable des communications pour Amnistie Nationale, les embryons sont tués in utero lorsque leur sexe (féminin) est révélé… En d’autres termes, ce sexe leur enlève le droit d’exister.

En Iran, les femmes soupçonnées d’adultère sont condamnées à la lapidation ou si cette peine est commuée, à 100 coups (seulement !...) de fouet. En Afghanistan, de très jeunes femmes sont mariées de force à des hommes âgés qui les battent et elles ne peuvent trouver refuge qu’en prison. Au Nigeria, il existe des lois qui prévoient la peine de mort pour celles qui ont eu recours à un avortement.

Toujours selon Anne Ste-Marie, Kavira Muraulu, une agricultrice d’une cinquantaine d’années, a été violée par un soldat au Nord-Kivu, en République démocratique du Congo. Le lendemain, après qu’elle eut porté plainte, cette brute est revenue avec des amis, et ils l’ont battue. Comme elle était déterminée à ne pas se laisser intimider, elle a de nouveau porté plainte. Cette fois, comme représailles, ils lui ont enfoncé une baïonnette dans le ventre. Le gouverneur du district a tenté de la persuader de se rétracter, mais en vain… Les viols collectifs sont si fréquents et violents dans cette région que les médecins du pays assimilent les déchirures du vagin à un crime de guerre.

Les droits de la femme sont protégés, si elles se taisent et ne font pas d’histoires, parce que ne nous leurrons surtout pas : sur TOUS les continents, en 2008, bon nombre de femmes sont victimes de la barbarie humaine au sein de leur communauté ou pire, de leur famille. Les récentes statistiques sont épouvantables, puisqu’au milieu des années 2000, 54 États avaient encore des lois discriminatoires à l’endroit des femmes et 79 autres ne proposaient aucune législation quant à la violence familiale. Par ailleurs, on ne semble pas tenir compte de la violence verbale qui fait autant, sinon plus de ravages tant au cœur qu’à l’âme. Désolant…

Et on parle toujours de se battre en faveur des droits de la personne… À mon humble avis, les droits de l’Homme sont surprotégés et les droits de la Femme sont à peu près ignorés. Une distinction sémantique ne s’imposerait-elle pas ???

Enfin, je partage avec vous ces récentes photos de ma puce qui sourit de toutes ses dents, parce qu’elle a été acceptée dans une troupe de danse à claquettes réputée et composée de jeunes… femmes. Je suis soulagée qu’elle soit née ici. Et, si jamais je devenais grand-maman de petites filles, j’espère de tout cœur qu’elles ne verront pas le jour dans un pays où il vaut mieux ne pas naître femme.




lundi 10 novembre 2008

Les derniers vestiges de l’automne, façon animale…
















Voilà mes maîtres, ceux qui me permettent d’habiter avec eux.

Je leur raconte tout, sans rien omettre, dissimuler ou enjoliver. Ils ne me jugent pas, ne me tiennent pas rancœur si j’oublie parfois de les cajoler ou de leur parler, me tiennent l’âme et le cœur bien au chaud, pansent mes blessures, et m’aiment sans limites, sans questionnements, sans conditions…

Je les aime ; on se complète, on se comprend et on est heureux ensemble… Qui dit mieux ?

vendredi 7 novembre 2008

Une petite histoire tant fruitée que délicieuse


Je ne veux pas parler de politique, mais bravo Obama ! :D

Et maintenant, je passe aux choses sérieuses… Voici donc une petite histoire qui m'a été transmise par Mary-Lou, ma copine qui demeure en Italie et que je n’ai pas revu depuis 40 ans… Nous nous sommes retrouvées, il y a quelques mois à peine, mais il s’agit d’une toute autre histoire que je vous raconterai plus tard. Pour le moment, disons que ces retrouvailles nous ont émerveillées et que parfois, le hasard fait bien les choses. Bon… Je m’éloigne encore dangereusement de mon sujet, comme d’hab, alors voici ENFIN cette charmante anecdote ! ;)

Une petite mandarine, rentrant tard le soir, s'adresse à sa maman orange :

« Je suis sortie avec un joli citron. Comme j'étais pressée, il a eu un zeste déplacé et maintenant, j'ai peur d'avoir des pépins… »

Mignon, non ?

Et en parlant de « mignon », je vous offre cette photo prise plus tôt aujourd’hui dans « mon » ravin…


lundi 3 novembre 2008

Derrière chez nous y’a un étang…




À peine cinq petites minutes de marche de ma porte au ravin… Il y a toute cette beauté, ces merveilles qui m’ensorcellent en toute saison, mais qui sont encore plus spectaculaires en automne.

Est-ce que j’en profite ? Non… Je ne m’y rends que de temps à autre, histoire de cliquer sur mon appareil-photo ou de promener Cinnamon, notre chienne familiale. Pour oublier les tracas quotidiens, les bobos qui font mal même lorsqu’ils se cicatrisent… Comme une croûte que l’on gratte, parce qu’elle ne veut rien dire et que la plaie sera toujours ouverte… Comme un étau qui se resserre autour de la gorge et qui fait monter les larmes aux yeux. Avez-vous déjà remarqué combien il est facile de conseiller les autres et à quel point il est difficile de trouver des solutions à nos propres problèmes ? Si problème, il y a… Parce qu’il pourrait s’agir de nostalgie, de la «folle du logis» qui fait encore des siennes, du mois de novembre qui s’annonce quelque peu tristounet, du surmenage ou de la fatigue qui viennent me hanter, d’un creux au cœur que je ne semble pas pouvoir remplir…


On danse les uns contre les autres
On court les uns après les autres
On se déteste, on se déchire
On se détruit, on se désire
Mais au bout du compte, on se rend compte
Qu'on est toujours tout seul au monde…

[Plamondon]


Ah, tristesse, quand tu nous tiens !

Je vous demande pardon pour ces propos décousus...

jeudi 9 octobre 2008

Happy Birthday, mon amour!


Even if the sun refused to shine
Even if romance ran out of rhyme
You would still have my heart
Till the end of time…

May your birthday bring you as much happiness as you give to everyone who knows you and especially, to the ones who live with you! :-)

Happy Birthday au soleil de mes jours,
Happy Birthday au prince de mes rêves
Happy Birthday au père de notre joie de vivre
Happy Birthday à mon partenaire de vie
Happy Birthday au prétexte de mon existence…

If you have a problem understanding the above French text, please see me for an accurate translation… After all, you know where to find me!


And I love you more now than when you began to read this ******** message! Thee, hee, hee!
HAPPY BIRTHDAY AND MANY, MANY, MANY, MANY, MANY MORE mon amour! :-)

lundi 6 octobre 2008

L’importance du travail en équipe...

La vie, c’est une question de « timing », ne croyez-vous pas ?

En fait, si tous nos politiciens étaient aussi synchronisés que la troupe zen ci-dessous, il y aurait fort probablement moins de guerres, moins d’atrocités et moins de crises financières.

Et il y aurait aussi fort probablement plus de compréhension, plus d’amour et surtout, plus de travail en ÉQUIPE. Qu’ils soient en Europe, aux États-Unis ou au Canada, nos politiciens auraient-ils oublié comment unir leurs efforts pour arriver ensemble à un résultat cohérent ? Pour trouver des solutions aux problèmes écologiques, financiers et culturels ? Pour enrayer l’homophobie, le racisme, le machisme, la pédophilie, la pauvreté infantile, la violence faite aux personnes âgées, la violence et la négligence à l’égard des enfants, la pornographie juvénile et tant d’autres monstruosités ?

Allons, allons, Messieurs Harper, Dion, Duceppe, Layton, Obama, McCain et cie, descendez de vos piédestaux, arrêtez de ne parler que pour vous entendre et prenez quelques minutes pour prendre conscience des VRAIES difficultés que doivent affronter tous les jours vos
concitoyen(ne)s…

Suivez l’exemple de cette troupe et unissez vos forces, bon sang !


En passant, mes chères âmes virtuelles, bien qu'il dure un peu moins de 6 minutes, ce clip vaut réellement la peine d'être visionné dans un endroit calme et serein, et du début à sa toute fin. Vous m'en donnerez des nouvelles ! ;)


samedi 4 octobre 2008

Moi itou, j'ouvre ma porte aux chers anonymes!

Tout comme Crocomickey, ma vieille branche préférée, j'ouvre la porte à tous les anonymes de la planète ! Étant moi aussi une ordinosaure endurcie, j'ai mis un peu trop de temps à trouver comment modifier les paramètres de mon blogue, mais enfin, c'est fait. Vous n'avez désormais plus besoin d'un compte Google pour vous exprimer chez moi.

Alors, n'hésitez surtout pas à me faire part de vos observations ! :-D

lundi 29 septembre 2008

Jazz, façon latine...

Comme vous l'avez sans aucun doute déjà remarqué, mes goûts musicaux sont des plus éclectiques. Vivant avec mon Amerloque et ma jeune fille de 19 ans, je suis réellement choyée, car je dois écouter tous les genres possibles.

Par conséquent et surtout, pour vous offrir une évasion de quelques minutes, je vous présente Basia.

Si vous ne la connaissez pas, ce clip vaut vraiment la peine d'être vu et entendu.

La voix de Basia est tout à fait exceptionnelle. À mon humble avis, il y a deux types de chanteuses de jazz : celles qui se servent juste de la mélodie pour y appuyer des chansons et les vocalistes qui savent si bien jouer de leur voix et de la musique plus que des mots... Basia fait partie de cette classe de vocalistes.

Née en Pologne en 1954, Basia Trzetrzelewska écrit et produit ses propres chansons. Elle est également reconnue pour ses harmonies à plusieurs couches.

Un régal pour les yeux et les oreilles, mes amis... Du vrai bonbon, quoi ! Vous m'en donnerez des nouvelles ! :D



vendredi 26 septembre 2008

Préoccupations...

Politique, campagnes électorales, crise économique aux États-Unis et autres nouvelles sensationnelles qui font les manchettes les plus récentes me laissent totalement indifférente ces temps-ci…

C’est fou, hein ? Vous me connaissez bien, mes chères âmes virtuelles, moi, la sensible, la tendre, la douce… Eh bien, j’en ai marre… Marre, marre et re-marre de n’entendre parler que de Harper ou de Dion, d’Obama ou de McCain, de promesses électorales qui ne seront jamais respectées et ce, peu importe le parti qui sera au pouvoir, d’instituts financiers qui déclarent faillite, de guerres qui n’ont aucun sens, etc., etc., etc.

La sensible, la tendre, la douce devient radine avec ses sentiments et ne se préoccupe que de sa famille, de ses animaux et de ses ami(e)s réelles ou virtuelles… Vous vous demandez sans doute pourquoi et je n’ai malheureusement pas de réponse.

J’en ai ras-le-bol, voilà tout...

Pour changer le mal de place comme on dit, je vous offre ce clip. Il commence lentement, mais soyez patient(e)s et attendez que les danseurs apparaissent sur scène. Ils sont imbattables, ne croyez-vous pas ? Et que dire de Phyllis ? Quel talent et quelle beauté ! Bien qu’elle se soit enlevée la vie en 1995, on ne peut pas se permettre de l’oublier… Bon visionnement donc et oublions la politicaillerie pendant quelques minutes... ;)



vendredi 12 septembre 2008

La rentrée


















LES INSÉPARABLES

Ces jeunes demoiselles ont déjà entamé leur deuxième année universitaire. Cependant, aucune d’entre elles ne suit ses études dans le même établissement et elles seront très éloignées l’une de l’autre. Elles se sont donc réunies au cours de la fin de semaine de la Fête du travail et ces photos démontrent clairement que l’amitié ne connaît pas la distance. Elles ont le courage de tous les destins… Qu’elles sont belles en pleine lumière du bonheur et du succès ! :-)

jeudi 11 septembre 2008

La mort dans l’âme…

Après un atelier de danse intensif...


Me lève ce matin et prends mon petit déjeuner avec ma puce qui doit braver le trafic de la 401 pour se rendre à l’université et assister à un cours de socio qui commence à 8 h… Ronchonne et bougonne, elle ne semble vraiment pas dans son assiette… Elle mâchonne ses rôties du bout des lèvres, avale son jus à toute vitesse, ouvre la porte pour se rendre à sa voiture et revient aussitôt à la maison… « Me faut un manteau !» clame-t-elle. Je me pointe le bout du nez dehors et bordel, IL FAIT HUIT DEGRÉS CELCIUS ! Faut se rendre à l’évidence : l’été qu’on n’a pas eu est bel et bien fini. Eh misère ! Peut-être aurais-je du suivre l’exemple de mon amerloque… Devant tant d’émotions, il est retourné au lit. Tiens toé !

Cette photo un peu délavée me fait penser à West Side Story… Je l’affiche ici pour me rappeler qu’il y a eu quelques jours de beau temps (si peu !) et que ma fifille (au centre) est presque toujours de bonne humeur ! :-)

vendredi 5 septembre 2008

Bzzzzz, bzzzzz…. Pique, pique… Ayoye, bordel !


Comme j’ai déjà subi deux chocs anaphylactiques violents et qu’on m’assure que le troisième est souvent mortel (personnellement, je crois que ce type d’affirmations ne servent qu’à enrichir les entreprises de produits pharmaceutiques), je les fuis comme la peste…

De plus, je ne les aime pas, mais alors là, pas du tout. Oui, je sais, elles sont I-N-D-I-S-P-E-N-S-A-B-L-E-S aux miracles que fait Dame Nature, mais je pourrais facilement m’en passer.

Cependant, personne ne peut m’accuser d’avoir froid aux yeux… Bien au contraire, mon entourage immédiat me trouve un peu trop intrépide à son goût, mais que voulez-vous ? On n’apprend pas à un vieux singe comment faire de nouvelles grimaces, pas vrai ?

De plus, je ne savais pas que je pouvais courir si rapidement et dès que la photo a été prise, j’ai pris mes jambes à mon cou et me suis retrouvée dans la maison, saine et sauve, mais totalement détrempée… Pourtant, cette photo valait bien une bonne dose de sueurs froides, ne croyez-vous pas ?

lundi 1 septembre 2008

Une petite photo pour un grand ami


Trois mots seulement :

POUR ÉGAYER CROCOMICKEY ! :)

Et pour finir, sept derniers mots :

PRENDS BIEN SOIN DE TOI, VIEILLE BRANCHE ! ;)

vendredi 29 août 2008

Quelle arrogance !… et L’automne de mes souvenirs


Dans le cadre du discours d’Obama à Denver, la petite-fille de Dwight Eisenhower se présente au podium et déclare : « I am not speaking as a Republican nor as a Democrat, but as an American.»… Ah bon ? Quand nos premiers ministres ou autres personnages politiques s’adressent au grand public, proclament-ils qu’ils sont américains ? Bien que le Canada et les État-Unis se trouvent en Amérique du Nord, avons-nous l’impertinence d’affirmer que nous sommes américains ? Au mieux, nous sommes québécois, ontariens, albertains et ainsi de suite ; au pire, nous sommes canadiens… Nicolas Sarkozy commence-t-il ses discours en déclarant qu’il est le président de la République européenne ? Et que dit Raúl Castro lors de ses présentations ? Qu’il est antillais ? Non, mais quelle arrogance ! Susan Eisenhower n’est-elle pas États-Uniennes or United Statian ? Et si ce terme n’existe pas, pourquoi les américains ne conçoivent-ils pas un néologisme pour l’entériner par la suite ?

Grand sujet de discussion entre l’amerloque et sa conjointe, hier soir… Le diable était aux vaches… Pour détendre l’atmosphère, nous avons visionné un bijou intitulé Emotional Arithmetic (version française : L’automne de mes souvenirs). Si ce n’est déjà fait, un film à voir ABSOLUMENT ! Tourné dans les Cantons-de-l’Est, à Magog plus précisément, il met en vedette un générique remarquable dont Susan Sarandon, Christopher Plummer, Gabriel Byrne, Max von Sydow et nul autre que Roy Dupuis. Un film lumineux où de touchantes retrouvailles se déroulent tout en ravivant de pénibles souvenirs. Ne voulant pas vendre la mèche, je n’en dis pas plus long, mais je vous suggère néanmoins de regarder cette merveille dans sa version originale anglaise, si possible. Vous m’en donnerez des nouvelles !

Et où en sommes-t-on, lui et moi, après le visionnement de ce petit chef-d’œuvre ? Il s’agissait d’un soporifique pour l’amerloque… S’est endormi comme une bûche au cours de la première heure du film. Se réveille à la fin pour me dire :
« That was boring… Good acting, but boring story… Dupuis has quite an accent when he speaks English, don’t you think? » Que voulez-vous qu’une femme fasse de plus ? J’ai rué dans les brancards, mais n’ai rien ajouté ne voulant pas rallumer l’incendie… Ma fille, le membre le plus intelligent de la famille, est montée se coucher après nous avoir fait la bise et sans mot dire… Que voulez-vous ? The shit must sometimes hit the fan !

Je termine en vous offrant un autre lépidoptère que j’ai surnommé Mon Africain (terrain neutre pour le moment)… Regardez bien ses ailes magnifiques et vous comprendrez pourquoi !


vendredi 22 août 2008

Encore cette palette de couleurs célestes...


Puisque je célébrerai un certain nombre d'années ce dimanche 24 août (comme disait ma grand-maman : une vraie dame ne dit jamais son âge... Et vive les grands-mères !), je m'offre cette orgie de teintes sidérales en guise de cadeau et ne peux m'empêcher de vous faire partager ce coucher de soleil... Un petit clic pris au chalet en février dernier, alors qu'on gelait comme des rats. Au fait, les rats gèlent-ils vraiment ?

lundi 18 août 2008

20 ans déjà !...

Oui, je sais, j’aurais dû trouver quelques minutes pour écrire ces quelques lignes mercredi dernier, mais entre les cours de danse que nous suivons, ceux que nous donnons, notre entreprise de traduction et surtout, surtout, surtout, notre fille miraculeuse et tous les nombreux projets qu’elle caresse, je n’ai malheureusement pas trouvé le temps…

Mais, voilà : mieux vaut tard que jamais…


We have gone through some lows, but the highs were incredible;
We are still catching the rainbows we have chased throughout the years;
And are walking very tall while facing what has to be faced.

We have shed some tears and had our share of grief
But, we’ve also had so many laughs and so much fun
That lingers on and on
And will never go to waste.

Most of all, we have created a miracle
A beautiful daughter that we love so dearly
And our little family is now dancing
Through the many paths of love, happiness and life.

Love is not as simple
As candlelight and roses
Love is day-to-day living
Taking time, making time to be there
With open arms and a giving heart
Love is the special life we share.

Happy Anniversary to the man who has been holding my hand for the past 20 years.

I hope you read my blog once in a while…


Que voulez-vous ? J’ai épousé un Amerloque ! Nous avons tous une croix à porter, non ? (hi, hi, hi!)

jeudi 7 août 2008

Petite douceur pour vos « papilles » visuelles…


En m’amusant avec mon appareil-photo, j’ai réussi à capter ce magnifique papillon qui se dandinait sur ma haie au cours de la première semaine de juillet.


Donc, aucune pensée sombre ou mélancolique aujourd’hui ! La vie m’offre des millions de merveilles que j’accepte avec joie et gratitude. Je suis comblée…
:-)

vendredi 25 juillet 2008

Bonne fête, papa! (25 juillet 1915 – 27 avril 1993)

Paul-Émile (circa 1945)


Déjà 15 ans que tu nous as quittés, mon tit-pops adoré, et j’ai l’impression de t’avoir dit « au revoir » pas plus tard qu’hier.

Parce que vois-tu, papa, tu es TOUJOURS à mes côtés. Tu vis dans mon cœur, dans celui de Geneviève, ta petite-fille que tu faisais bondir sur tes genoux et à qui tu chantais de ta belle voix de baryton des berceuses et des balades québécoises d’antan, et dans celui de ton gendre avec lequel tu partageais de bonnes rasades de cognac ou de scotch bien tassé.

Tu m’as légué l’amour des mots, de la musique, du théâtre et de la photographie. Quand j’écris, je pense à toi ; quand je chante ou quand je pianote, je pense à toi ; quand j’assiste à une pièce de théâtre (parce que malheureusement, je ne « joue » plus), je pense à toi ; et quand je saisis ces moments de bonheur ou ces merveilles de la nature dans l’objectif de mon appareil-photo, je pense à toi.

Tu m’as appris la tolérance et la patience. Tu m’avais même fait cadeau du livre « Les prodigieuses victoires de la psychologie moderne » de Pierre Daco lors de mes 16 ans pour m’aider à comprendre les comportements de maman sans la juger. Tu te souviens ? Ni toi ni moi ne comprenions, mais aujourd’hui, tout s’éclaire et le mystère est résolu, mais ça, c’est une toute autre histoire que je reprendrai plus tard.

Tu m’as TOUJOURS encouragée dans TOUT ce que j’ai entrepris et dans tout ce que j’entreprends encore. Lorsque je m’embarque dans de nouvelles aventures, j’entends tes paroles rassurantes au plus profond de mon âme… J’entends : « Vas-y, ma Rosette ! Ne lâche pas ! L’avenir appartient à ceux qui n’ont pas froid aux yeux ! ».

Je t’ai toujours fait confiance et jamais tu ne m’as trahie, Je pouvais et peux encore tout te raconter sans crainte d’être jugée et avec l’assurance d’être consolée ou conseillée, selon le cas. Quand j’ai une décision importante à prendre, je te demande de m’aider et tu viens toujours à mon secours. Eh oui, même après 15 ans !

Je t’aime papa et je t’aimerai toujours. Je te remercie de m’avoir guidée dans cette vie parfois tumultueuse et de m’avoir transmis ton merveilleux sens de l’humour sans lequel cette existence serait plutôt monotone. Tu es un père formidable et je ne peux qu’espérer être une aussi bonne maman pour Geneviève.

Il y a tant de choses que j’aimerais écrire à ton sujet, mon violoniste si talentueux, mon architecte incomparable, mon père bien-aimé qui m’a pardonné toutes mes frasques (et nombreuses fut-elles) en riant de bon cœur et en m’affirmant que la vie est trop courte pour garder rancune, mais la liste de tes innombrables qualités est beaucoup trop longue pour ce petit blogue…


Je termine donc cet hommage en citant l’adage suivant : « Il est nulle douleur que le temps n’apaise. » Auteur inconnu et très certainement décédé. Dommage, car j’aurais bien aimé lui demander : « Combien de temps ? »

lundi 21 juillet 2008

Close-up félin




Par un après-midi tristounet de l’autre côté de la fenêtre…

Seuls ou ensemble, ce jour pluvieux alors qu’ils sont encore plusjeunes ;)

Ah…. Je vous aime tant, mes petits garnements ! ;)

Vous reviendrai avec un close-up canin dans les jours qui suivent…

mercredi 16 juillet 2008

Un petit clin d’œil d’une grande insomniaque…


Vous me manquez trop mes âmes virtuelles et je prends quelques minutes de cette nuit interminable passée à respecter des échéances débiles pour afficher la plus récente photo de ma fi-fille adorée… Elle fait partie du CV qu’elle doit présenter lors de sa prochaine audition à la fin juillet… Je n’ai aucun parti pris (yeah, right…), mais Dieu du ciel qu’elle est belle, ne croyez-vous pas ?

Sur ce, Rosie va aller faire un petit dodo ! ;)

lundi 14 juillet 2008

Occupée sans bon sang… euh, sans bon sens… pardon !


Vous me manquez tous terriblement
Mais mon été s’annonce débilitant
Et je manque malheureusement de temps
Pour vous lire et pour écrire aussi souvent…

Je vous laisse donc cette photo prise à New York en juillet dernier
Un moment de bonheur avec ma famiglia bien-aimée
Et vous promets de vous revenir dans quelques semaines
Pour surtout vous lire, mais aussi tenter de vous divertir au moyen de mes fredaines… ;)


À très bientôt donc et prenez tous bien soin de vous ! :-)


lundi 7 juillet 2008

Mon testament biologique

Alors que ma meilleure amie et moi partagions un petit gueuleton intime samedi, en soirée, je lui ai déclaré d’emblée :

« Jamais, au grand jamais, je ne voudrais me retrouver dans un état végétatif, branchée à ces espèces de machines qui maintiennent les fonctions vitales et à ces liquides en bouteille. Si cela devait un jour se produire, promets-moi d’avoir le courage de me débrancher, je t’en prie, je t’en supplie !!! »

Les yeux baignés de larmes et sans mot dire, ma meilleure amie a immédiatement débranché mon ordinateur et jeté mon vin…

Ce qu’elle peut être vache, parfois ! ;)

lundi 30 juin 2008

La langue française serait-elle fétichiste ? Tome 3 ; la tête…

Cette fois, je me permets de parler de cette partie de notre anatomie dans le corps de mon texte pour ne pas me faire damer le pion par mes ami(e)s virtuel(le)s ! :D

Sur un coup de tête, il a quitté la maison en miaulant à tue-tête et en portant son petit baluchon sur sa patte parce qu’il se trouvait sans queue ni tête.

Il en avait ras-le-bol de sa voisine qui se payait sa tête en jappant toutes les fois qu’il tentait de lui tenir tête et qui, en plus, avait du front tout le tour de la tête puisqu’elle lui volait ses aliments.

Pourtant, il était si triste de quitter son ami félin et sa petite famille qui l’aimaient tant, mais comme il avait une tête de pioche, il s’en alla la tête haute parce que somme toute, il en avait par-dessus la tête des sévices que lui faisait subir sa voisine canine qui n’était vraiment pas la tête à Papineau et qui, la plupart du temps, n'avait pas toute sa tête.

Pendant plusieurs jours, il se creusa la tête pour trouver des moyens de survie, puisqu’il n’avait jamais quitté son domicile et se mit martel en tête, car tout en ce bas monde semblait coûter les yeux de la tête.

Se demandant finalement s’il avait bien toute sa tête, il décida que de perdre la tête ne lui donnait rien et en relevant la tête, décida de rentrer chez lui en gardant la tête haute.

Son grand ami félin et sa famille lui firent la fête et lui demandèrent : «Mais, où avais-tu la tête ? Nous étions si inquiets et tu nous as tant manqué, vilain garnement ! Nous nous tapions même la tête sur les murs ! »

Se sentant piteux, il s’enroula autour d’eux et se mit à ronronner de tout cœur pour se faire pardonner. Son ennemie canine lui fit une tête d’enterrement et décida qu’à l’avenir, elle lui tiendrait toujours tête.


Se balançant éperdument des humeurs de cette jappeuse, il releva la tête et donna sa tête à couper qu’il était le gagnant. Il célébra sa victoire en tête-à-tête avec son ami félin et lui expliqua combien il était difficile d’éviter les tête-à-queue quand on se trouvait loin de chez soi.


Et voilà ! Bonne rigolade, mes amis ! :D :-)))

mercredi 25 juin 2008

La langue française serait-elle fétichiste ? Tome deux.

À la suite des pieds du 31 janvier dernier, voici les mains…

À
main armée
À pleine(s) main(s)
Avoir en main
Tenir en main
Avoir la main haute sur…
Avoir le cœur sur la main
Avoir les mains libres
Avoir les mains pleines de pouces
Avoir sous la main
Coup de main
De la main à la main
De longue main
De main de maître
De main en main
De première main
De seconde main
Dessiner à main levée
En bonnes mains
En main(s) propre(s)
En un tour de main
En un tournemain
En venir aux mains
Faire des pieds et des mains
Faire main basse sur…
Fait à la main
Forcer la main
Haut la main
Haut les mains
Homme de main (et pourquoi pas Femme de main ?)
Lever la main sur…
Main courante
Main-d’œuvre
Main levée
Mainmise
Mettre la dernière main à…
Mettre la main à la pâte
Ne pas y aller de main morte
Passer la main
Perdre la main
Poignée de main
Porter la main sur…
Prendre en main(s)
Prendre la main dans le sac
Prêter main forte
Se faire la main
Se laver les mains de…
Se prendre par la main
Sous la main
Tendre la main à…
Voter à main levée

Vous en connaissez d’autres ? Faites-m’en part à main-tes reprises pour me permettre de
main-tenir dès main-tenant un main-tien jusqu'à
de-main ! ;) Et la tête viendra en tome trois… :-)

mardi 24 juin 2008

Bonne fête nationale à tout(e)s mes compatriotes québécois(e)s !!!!

Québécoise, je le suis et le serai toujours, peu importe où je roulerai ma bosse. Par conséquent, je vous souhaite une merveilleuse journée et je lève mon verre avec vous pour célébrer cette journée de liberté ! :-)))

Si je me trouvais parmi vous, je reprendrais une vieille "toune" d'Harmonium qui va comme ceci :

Où est allé tout ce monde
Qui avait quèque chose à raconter
On a mis quelqu'un au monde
Faudrait peut-être bien l'écouter

Amusez-vous bien et je suis avec vous tous et toutes en pensée (et en virtuel) ! :D

vendredi 20 juin 2008

Blue Man Group and I Feel Love

Percussion renversante, voix éclatante, musique enivrante...
Que demander de plus ?
Je voulais assister au spectacle lors de mon séjour à Chicago en 2004, mais Blue Man Group jouait à guichets fermés...
Ces gaillards reviendront assurément au Canada... Cette fois, je me promets de ne pas rater cette occasion.
I Feel Love, vieux "hit" des années '70 signé Donna Summer, repris ici par Venus Hum...
On ne peut plus original, ne croyez-vous pas ?



lundi 16 juin 2008

Mozart au bureau...

Cette vidéo est tout à fait impayable ! Ne la ratez surtout pas, mettez votre son au max et donnez-m'en des nouvelles ! :-)

mardi 10 juin 2008

Quatre amies en liberté à Montréal !



De gauche à droite : Karen, moi, France et Geneviève
Bien que je sois rentrée au bercail il y a déjà une semaine, je n’ai malheureusement pas eu le temps d’écrire un billet, étant absolument débordée de travail.
Enfin, voici deux photos de mon court séjour à Montréal. Quel plaisir nous avons eu de nous retrouver !
Hé, les filles, je vous aime ! :-) Comme je veux entretenir mon jardin, j’arrache les mauvaises herbes de façon à favoriser la croissance des fleurs d’amitié que j’y ai semées au fil des ans…

lundi 26 mai 2008

Je vous laisse pendant quelques jours, mes chères âmes virtuelles…

Comme je dois quitter les environs pour des raisons d’ordre professionnel (et j’espère bien trouver quelques minutes pour me divertir !…), je ne reprendrai ma « plume » que dès mon retour au bercail, soit au cours de la semaine prochaine vers le 4 ou le 5 juin.

À très bientôt donc et prenez-tous bien soin de vous ! :-)

Ah oui, j'oubliais... Voici une photo de ma peinture préférée... Elle m'a été offerte jeudi dernier par l'artiste-peintre elle-même, ma grande amie roumaine, Petronella. Elle s'intitule The Beauty of Romance et est inspirée du récent voyage que mon amie vient de faire, à Venise, pour célébrer sa seconde lune de miel... Un vrai chef-d'œuvre, pas vrai ?

mercredi 21 mai 2008

Bonne fête Geneviève, notre jeune fille adorée !

GENEVIÈVE - BÉBÉ
GENEVIÈVE - ADO
GENEVIÈVE - JEUNE ADULTE

Dix-neuf ans déjà ! Que le temps file, ma belle !

Ton père et moi sommes si fiers de toi, notre étoile scintillante
Notre «Cocotte» à la fois si belle, si rayonnante et si attachante
Qui maintenant débute sa vie de jeune adulte
Nous te souhaitons beaucoup de bonheur et peu de tumultes
Tu es comme une des merveilles de la nature
Qui parsème notre existence d’une joie des plus pures
Et qui chaque jour, tout comme toi, s’épanouit
Avec l’amour que te donne ta famille et tes amis.

Puissent tes rêves les plus chers se concrétiser, ma belle «Pitounette» d’amour !

lundi 12 mai 2008

S'cusez-la, mais je n'ai pas pu résister...

Peu importe ce que la vie nous réserve... Ou même si parfois, elle nous semble laborieuse ou ardue... Il faut se dire qu'il y a TOUJOURS une lumière au bout du tunnel ! :-))) Encore une fois, s'cusez-la...

jeudi 8 mai 2008

Bonne journée de la part de Dame Nature !


Ma bonne amie Margo m'a fait parvenir la photo ci-dessus... Sublime, pas vrai ? S'agissait d'être au bon endroit au bon moment ! :-) Par ailleurs, ce sourire me fait retrouver mon sens de l'émerveillement devant la beauté et les mystères de la nature, tout en me faisant prendre conscience de mon lien d'appartenance avec elle... Poétique ce matin, la mère ! ;)

lundi 5 mai 2008

Et je la soutiens de nouveau, ma Zed…

Voici un autre clip intitulé : A Tragedy That Should Never Have Happened. Ellen Degeneres, une homosexuelle qui n’a pas peur des mots et qui a elle aussi le courage de ses convictions, résume cette tragédie en quelques minutes et touche le coeur de tous ses spectateurs. Je vous en prie, prenez quelques minutes de votre temps pour écouter, regarder et comprendre… Dans quel monde vit-on, bon sang, si un enfant en tue un autre parce qu'il est homosexuel ? De plus, NE RATEZ PAS LE CLIP DE L'ARTICLE PRÉCÉDENT AFFICHÉ CI-DESSOUS !


JE SOUTIENS ZED, MON AMIE VIRTUELLE…

Je n’ai pas de mérite pour le clip que je vous saurais gré de regarder ; je n’ai que fait de petites recherches sur le Web et comme je l’ai trouvé génial, je l’affiche ci-dessous.

Je profite également de l’occasion pour remercier Zed de nous ouvrir les yeux sur l’homophobie qui est, selon moi,
LA
maladie dont il faut se méfier. Allez lire les billets de cette grande humanitaire qui manie sa plume de façon remarquable pour le bien-être des gens qui l’entourent. Zed a le courage de ces convictions, une qualité qui se fait malheureusement rare de nos jours.

Au risque de me répéter, (j’ai déjà écrit la citation suivante en observation au billet de Zed), je termine ma rubrique en citant Nicolas Malebranche : « Les préjugés occupent une partie de l'esprit et en infectent le reste... »
Voici donc le clip en question.

vendredi 2 mai 2008

SPEAK ENGLISH!

Nous sommes dans un resto et à la suite d’un copieux repas relativement bien arrosé, je dois m’éclipser vers la salle de bain.

Une toute petite dame pakistanaise est en train d’y laver le plancher et me dit dans un anglais IMPECCABLE, teinté d’une pointe d’accent britannique :

« Good evening, Madam. Please be careful; the floor is still a little wet. »

Je la remercie, fais ce que Dame Nature me dit de faire et me dirige vers les lavabos pour me laver les mains et me refaire une beauté (enfin, on essaie toujours, pas vrai ?).

La gentille petite dame pakistanaise a terminé son travail et range ses articles dans son seau, lorsque pénètrent dans cette même salle deux «vaches» (oh ! Que je suis vilaine !) ontariennes.

Elle les avise également de faire attention de ne pas glisser, car le plancher est peut-être encore humide.

Une des vaches s’exclame : « Can’t you speak English? »

La gentille petite dame pakistanaise réplique : « Emm… Yes… Well… Please be careful not to slip, because I’ve just washed the floor. »

L’autre vache se met de la partie et ajoute : «ENGLISH!!!!! CAN’T YOU SPEAK ENGLISH???

La gentille petite dame pakistanaise répond : « I am speaking English! I am just warning you about the floor! »

Les deux vaches se mettent alors à beugler : « SPEAK ENGLISH! »
La gentille petite dame pakistanaise lève alors les bras au ciel, laisse son seau en plein milieu du plancher et quitte la pièce en secouant la tête.

Je ronge mon frein tout en ajoutant d’une main tremblante de rage une touche de mascara bien inutile. Une des vaches qui se poudre le nez me demande alors : « Do you believe this Paki broad? We open our doors to all these stupid strangers and they can’t even speak a proper English! »

Et d’une voix bien forte et posée, je lui réponds : « I totally disagree with you. This lady spoke a better English than you could ever hope to muster. And now, maybe you will understand why we say to cows like you SPEAK FRENCH when you live in Québec!!!! »

Bien que toutes deux m’aient fusillé du regard, elles sont sorties très rapidement de la salle de bain…

Quant à moi, je suis retournée à ma table et ai dégusté un divin dessert bien mérité !

mardi 29 avril 2008

Sniff...

Aucun commentaire n'a été laissé sur le clip des baby-boomers ci-dessous... Ciel de cornemuse : mes lecteurs me laisseraient-ils tomber ??????

lundi 21 avril 2008

La génération du baby-boom

Comme vous le savez sans doute déjà, il m'arrive très peu souvent d'afficher des messages dans "l'autre" langue... Cependant, ce qui suit est irrésistiblement cocasse et je n'ai pas pu résister... Rions, mes amis, rions !:-)
En passant, mes billets sont de moins en moins fréquents ces temps-ci et vous m'en voyez désolée. Toutefois, j'ai une bonne excuse : ma Geneviève est en compétition de danse et de piano jusqu'à la mi-mai ! Je sais que vous ne me tiendrez pas trop rigueur pour ces petits silences...





lundi 14 avril 2008

Eh, misère...



Un autre souper-bal de bienfaisance... Le samedi 5 avril dernier, en fait... GRÂCE, DITES-MOI QUE C'EST BEL ET BIEN VRAI QUE LA CAMÉRA AJOUTE AU MOINS 10 LIVRES AUX FEMMES REVÊTUES DE NOIR ET D'ARGENT ! :-0


mardi 8 avril 2008

Cinnamon n'est pas contente...



Vous le savez déjà : les animaux me passionnent tout comme les merveilles que la vie nous réserve... Les voici de nouveau, donc : Monsieur Chablis, le fier matou orange et blanc ; Monsieur Jazz, le minou gris tant lunatique qu'adorable (comme vous pouvez le constater, il est assis à l'ordi sur les genoux de ma fille) et Mademoiselle Cinnamon (au chalet) qui en a RAS-LE-BOL de se faire damer le pion par ces félins !