dimanche 26 décembre 2010

Bonnes Fêtes de fin d'année!

Puissiez-vous toutes et tous vivre une période de fêtes débordant d'amour, de paix et de tendresse, et que la nouvelle année qui s'annonce vous combler de santé, de succès, et de bonheur! 


Vous me manquez tous terriblement et j'espère de tout coeur trouver plus de temps l'année prochaine pour vous rendre visite tout en étant plus prolifique sur mon propre blogue... ;)


Je vous embrasse bien fort et serai de retour sur la toile vers la mi ou fin janvier 2011.


À très bientôt et prenez bien soin de vous, et de celles et ceux qui vous sont chers. 


Entre temps, voici quelques photos de Noël et une vidéo d'une maison de notre voisinage qui est vraiment prête pour le temps des fêtes!









samedi 25 décembre 2010

Joyeuses Fêtes!

Grosse panne d'ordis depuis une semaine; vous écris de mon Blackberry. L'enfer, que je vous dis! Ai reçu tous vos courriels personnels et vous suis des plus reconnaissantes pour ces derniers ainsi que pour vos chaleureux commentaires sur mon blogue. Je vous aime toutes et tous et vous souhaite un Joyeux Noël ainsi qu'une bonne année! Vous reviendrai avec photo(s) de famille, billet, etc., dès que le serveur sera réparé. Allons tous bien ; Fifille est à la maison pour les Fêtes, l'Amerloque et moi dansons toujours et travaillons comme des forcenés à la croissance des 3 entreprises que nous avons formées. À demi-morte, mais néanmoins pleine d'amour à votre endroit en ce Noël magique sans ordis... Vous embrasse fort et vous reviens le plus rapidement possible!

samedi 13 novembre 2010

Les amours imaginaires (Heartbeats / Sous-titres pour la version anglo)

Un chef-d’œuvre comme on n’en fait plus. Un regard franc, direct, actuel, sans détours et sans limites sur l’amour vu de l’œil de Xavier Dolan, un jeune cinéaste, comédien, scénariste et photographe québécois de 21 ans, auteur du célèbre J’ai tué ma mère sorti au Québec et en France au cours de l’été 2009, et lauréat du Meilleur Film aux Jutra 2010 et d’autres prix notables au Festival de Cannes.

Pa
rce que l’amour ne connaît ni couleur, ni religion, ni politique, ni caractère physique ou physiologique, ni jugement, ni condamnation, ni comparaison. Point à la ligne, point final, un point c’est tout.

Bien qu’il soit malheureusement vrai que tout sort plus tard en Ontario et que j’ai parfois l’impression de vivre sur une autre planète, loin de mes racines québécoises et de mes ami(e)s pure laine, il est quand même possible que vous n’ayez pas encore vu ce joyau, cette œuvre de déliciseuse tendresse qui se veut aussi piquante que la brise qui nous caresse la nuque en ce mois de novembre. Remportant le Prix Regard Jeune au Festival de Cannes et un autre prix admirable au Sydney Film Festival en Australie l’été dernier, et mettant en vedette Monia Chokri, Niels Schneider, Xavier Dolan et Anne Dorval, Les amours imaginaires vaut vraiment la peine d’être tant vu que savouré. Mais attention! Ce film est réservé aux adultes non au moins de 18 ans.

Extrait du film Les amours imaginaires




Par ailleurs, je suis convaincue qu’on est venu enlever Jazz, un de nos deux chats, pour une des scènes de ce film! Si et quand vous le visionnerez, regardez bien le chat qui apparaît pendant une quinzaine de secondes près de la fin du film, comparez-le à mon Jazz que voici :


et vous m’en donnerez des nouvelles!!! À mon humble avis, Jazz a droit à des redevances et ça presse! ;)

(PETITE PARENTHÈSE IMPORTANTE que je dois ajouter et j'en remercie mon amie Do...  Il faut voir TOUT le film pour y trouver le chat en question!  Désolée de vous avoir induits en erreur!)
Tout ça pour vous ramener en arrière, au cœur de vos souvenirs les plus doux, en vous invitant à écouter ces deux chansons que je chante à tue-tête depuis que j’ai vu cette perle jeudi dernier au grand dam de mon entourage, mais tant pis…


Voici donc Isabelle Pierre, une des repésentantes, en compagnie de Renée Claude et d'Emmanuelle, d’une époque de liberté et d’espoir au Québec, avant que notre Diane Dufresne prenne la relève et Dalida, cette interprète tourmentée qui a connu une fin si tragique.


Je vous prends donc toutes et tous par la main pour un plongeon dans ces bons vieux souvenirs!



samedi 6 novembre 2010

En coup de vent

C'est comme ça que je passe, ces temps-ci...  Pas pour rien qu'on me surnomme Hurricane Rosie par ici!... 


Je prends quelques secondes pour a) une petite pensée :

Nous ne sommes pas des êtres humains vivant une expérience spirituelle, mais bien des êtres spirituels vivant une expérience humaine.  (Heavy, pas vrai?)


Pour b) une petite photo :


Sarah et Geneviève, notre Fifille adorée, après le spectacle qu'elles ont donné samedi dernier -
Des étoiles dans les yeux, dans le coeur et dans l'âme!
 

Et pour terminer, un petit clip intéressant pour illustrer qu'il ne faut pas nécessairement avoir de pieds pour faire de la claquette... :-0


Bonne fin de semaine!  Je vous aime et vous embrasse bien fort! 

jeudi 28 octobre 2010

Je cours toujours ou plutôt, je danse...

Mea culpa, mes chères âmes virtuelles, mais je n'ai toujours pas eu le temps de vous rendre visite sur vos blogues respectifs!  Cependant, je profite de ce billet pour vous remercier toutes et tous pour vos commentaires qui me font tant plaisir et qui ensoleillent mes journées d'automne.


En plus des contrats à échéances débiles que je dois respecter, de ma Cinnamon qui a récemment subi une intervention chirurgicale importante (rassurez-vous; elle reprend rapidement "du poil de la bête") et du train-train quotidien, la danse fait et fera toujours partie de ma vie et voici l'une des raisons pour lesquelles j'ai à peine le temps de me rendre au "petit coin" pour me soulager la vessie! M'enfin...  Toutes ces activités m'aident à ne pas trop m'ennuyer de Fifille adorée que je vois quand même presque tous les week-ends.


Comme nous avons emménagé dans un nouveau studio le lundi 18 octobre dernier, l'Amerloque a jugé bon de mettre notre site Web de danse à jour et par conséquent, y a ajouté quelques vidéos.  En voici deux que je tenais à partager avec vous. 


Le premier est un Fox-Trot relativement simple et le second, un cha-cha que nous avons surnommé "Funky".  Celle qui parle tout le temps, ben, c'est moi et le seul homme du groupe, c'est mon Amerloque.  Nous adorons tout simplement danser, enseigner et partager cette passion qui nous est à la fois divine et des plus précieuses.  Voici donc les deux clips.  Bon visionnement et vous me manquez plus que vous ne pouvez imaginer. 



mercredi 20 octobre 2010

Un p'tit clin d'oeil vite vite et une perle de poésie

Veux aller voir les couleurs du ciel, bon...

Palette céleste automnale

Qui a dit que les couchers de soleil étaient ternes en automne?

Je cours toujours comme une folle et vous me voyez tant désolée que peinée de ne pas avoir le temps de m'arrêter sur les blogues-amis...  Cependant, j'ai découvert cette petite perle que je dois ABSOLUMENT partager avec vous, en plus des quelques photos ci-dessus que j'ai prises récemment.  Bonne lecture et à très bientôt!

AVOIR ET ÊTRE

Loin des vieux livres de grammaire,
Écoutez comment un beau soir,

Ma mère m'enseigna les mystères
Du verbe être et du verbe avoir.


Parmi mes meilleurs auxiliaires,
Il est deux verbes originaux.
Avoir et Être étaient deux frères
Que j'ai connus dès le berceau.

Bien qu'opposés de caractère,
On pouvait les croire jumeaux,
Tant leur histoire est singulière.
Mais ces deux frères étaient rivaux.


Ce qu'Avoir aurait voulu être
Être voulait toujours l'avoir.
À ne vouloir ni dieu ni maître,
Le verbe Être s'est fait avoir.

Son frère Avoir était en banque
Et faisait un grand numéro,
Alors qu'Être, toujours en manque
Souffrait beaucoup dans son ego.


Pendant qu'Être apprenait à lire
Et faisait ses humanités,
De son côté sans rien lui dire
Avoir apprenait à compter.


Et il amassait des fortunes
En avoirs, en liquidités,
Pendant qu'Être, un peu dans la lune
S'était laissé déposséder.

Avoir était ostentatoire
Lorsqu'il se montrait généreux,
Être en revanche, et c'est notoire,

Est bien souvent présomptueux.


Avoir voyage en classe Affaires.
Il met tous ses titres à l'abri.
Alors qu'Être est plus débonnaire,
Il ne gardera rien pour lui.

 
Sa richesse est tout intérieure,
Ce sont les choses de l'esprit.
Le verbe Être est tout en pudeur
Et sa noblesse est à ce prix.



Un jour à force de chimères
Pour parvenir à un accord,
Entre verbes ça peut se faire,
Ils conjuguèrent leurs efforts.


Et pour ne pas perdre la face
Au milieu des mots rassemblés,
Ils se sont répartis les tâches
Pour enfin se réconcilier.



Le verbe Avoir a besoin d'Être
Parce qu'être, c'est exister.
Le verbe Être a besoin d'avoirs
Pour enrichir ses bons côtés.


Et de palabres interminables
En arguties alambiquées,
Nos deux frères inséparables
Ont pu être et avoir été.




COMME NOTRE LANGUE EST BELLE!  IL S'AGIT MAINTENANT SAVOIR LA CONSERVER...

lundi 11 octobre 2010

Quand les Cubains s'en mêlent...

Bien que je n'aie toujours pas eu le temps de vous rendre vraiment visite, je ne peux pas m'empêcher de partager avec vous ces deux merveilleux clips...  Du vrai bonbon pour les oreilles!  De plus, ils commencent la semaine en beauté.  Prenez les 10 minutes qu'il faut pour bien les savourer....

Bonne semaine à vous toutes et tous, donc, et à bientôt!  Je pense à vous et vous me manquez terriblement...



mercredi 6 octobre 2010

Je vous aime toutes et tous!!!!

Un milion de mercis du fond du coeur pour tous les commentaires que vous m'avez laissés à propos de mon dernier billet!  Vous ne pouvez pas vous imaginer à quel point vos paroles me font du bien et sans vous, ma vie n'aurait vraiment plus de sens.

À part certains brûlements d'estomac et maux de tête plus ou moins pénibles occasionnés par le stress et un surplus de travail, je vais bien, mes ami(e)s ; ne vous faites pas de soucis pour moi.  Fifille tente de rentrer au bercail le plus souvent possible et je suis une maman comblée.  Elle a des étoiles dans les yeux, un sourire éclatant et une nouvelle vie d'artiste qu'elle adore plus que tout ce qu'elle a vécu.  Je vous en reparlerai quand je trouverai une minute qui m'adore.

Je me sens des plus coupables de ne pas avoir le temps de vous rendre visite, mais je suis ABSOLUMENT débordée de travail!  Dans le fond, c'est peut-être une bonne chose, puisque je n'ai également pas le temps de songer à l'absence de Fifille et à quel point vous me manquez.

Je crois bien que je pourrai souffler un peu plus vers la fin d'octobre et enfin trouver le temps de vous lire.  Si vous saviez à quel point je m'ennuie de vos écrits, de votre humour, de vos propos, de vos photos et de vos grands coeurs!

Pour me faire pardonner, je vous offre cette vidéo qui me les a sciées.  Si jamais je commets un acte illégal, je veux me faire emprisonner aux Phillipines!  Vous pourrez venir m'y offrir des oranges... :D 

Pour France (ma biche au coeur d'or), Zoreilles ( ma chaleureuse Abitibienne), Ren du Braque (mon petit comique), Air Fou (mon adorable militante), Sandra (ma perle rare), Solange (ma grande sage), Jerry Ox (mon artiste aux talents innombrables), Accent Grave (mon superbe raisonnable), Doownée (mon impayable spirituelle), Lolalebop (mon précieux joyau), Crocomickey (mon grand tannant préféré), Lise (ma fidèle bien-aimée), Néfertiti (ma tendre déesse), Georges (mon poète intrépide), Flo (mon jeune homme de bonne famille), Barbie Girl (ma belle sentimentale), Nanou (mon trésor sans prix) et pour toutes celles et tous ceux qui me lisent, voici ce fameux clip.  Je vous jure que l'Amerloque et moi danserons un jour cette chorégraphie et j'afficherai ensuite des photos de nous deux avec des béquilles...

Bon visionnement et à bientôt, mes chères âmes virtuelles que j'aime tant!

mardi 31 août 2010

Blogue en pause pendant quelques jours de plus…

Dans un premier temps, je tiens à vous remercier pour vos bons vœux d’anniversaire. J’ai fêté mon année de plus bien entourée de ma petite famille, de mes amis et surtout, en belle compagnie virtuelle! Puisqu’une vraie dame n’avoue jamais son âge, selon ma si sage grand-maman paternelle, je tais le mien et de toute façon, quand on aime, on ne compte pas comme l’a déjà dit notre précieuse Zoreilles.


Vous me manquez toutes et tous, et vos mots que je lis tous les jours me vont droit au cœur et le réchauffent bien tendrement. Je promets d’aller vous lire sur vos blogues respectifs dès que ma petite vie sera moins mouvementée.


Si mon blogue est en pause, c’est que Fifille adorée déménage. Bon, je sais qu’elle ne se trouvera qu’à une quarantaine de minutes du nid familial, mais ça me bouleverse jusqu’à me rendre physiquement malade. Je suis déchirée entre le bonheur de la voir voler de ses propres ailes et surtout, de faire ses premiers pas dans ce monde artistique sans lequel elle a peine à respirer, et la tristesse de la voir nous quitter. Après tout, elle partage notre toit depuis plus de 21 ans et mes mots sont impuissants pour exprimer à quel point elle va nous manquer, à moi et à son Amerloque de papa.


À mon humble avis, un des moments les plus difficiles à traverser dans la vie est celui de la séparation. En fait, voulez-vous me dire comment faire face au vide que nous ressentons lorsque nous devons vivre l’absence de ceux que nous aimons? Je cherche un moyen d’apaiser ce désarroi, cette tristesse qui m’inonde, et j’essaie de me dire que la séparation est impossible dans la réalité de la lumière qui est la mienne… Ah, ces belles paroles qui n’apportent pas grand-chose en fin de compte!


Entre les cours de danse que nous donnons et ceux que nous suivons, les projets de traduction à échéances toutes plus débiles les unes que les autres et le train-train quotidien, l’Amerloque et moi courons comme des poules qui ont perdu la tête (enfin, l'Amerloque court comme un coq...) en aidant Fifille à emménager dans son nouvel appartement du centre-ville. Elle devrait être installée au cours du week-end qui vient et comme je prévois verser toutes les larmes de mon corps pendant la semaine qui suivra son départ, je reprendrai mon blogue vers la mi-septembre tout en allant visiter les vôtres.


Entretemps, je vous laisse ces photos que j’ai prises au chalet la semaine dernière et qui m’apportent une grande paix.  Elles me font également songer à cette vieille chanson ci-dessous que je vous invite à écouter en regardant ces prises. Cliquez pour agrandir et voir ces merveilleuses couleurs dont nous comble Dame Nature. 


Je vous embrasse toutes et tous très fort et je vous aime plus que je ne peux l’exprimer.










 

 

vendredi 13 août 2010

Un retour provisoire

Dans un premier temps, je vous remercie toutes et tous pour les merveilleux commentaires que vous m’avez laissés au cours de mes vacances.  La lecture de ceux-ci a ensoleillé mes quelques jours au bercail et bien que je n’aie pas eu le temps de vous répondre individuellement, je tiens à vous exprimer ma reconnaissance pour tous les bons vœux et les tendres paroles que vous avez déposés chez moi. 



Cependant, je repars pour quelques jours, jusqu’au 23 août, en fait, puisque nos vacances ont été interrompues par une foule de choses incontournables.  Rien de trop sérieux et je vous en reparlerai dès mon retour. 



Pour me faire pardonner cette pause, je vous offre quelques photos que j’ai croquées au chalet.  Des plans pour ne plus jamais rentrer chez soi!  Je vous embrasse bien fort et bien que vous me manquiez terriblement, mon ordi demeure au bercail...



À bientôt et prenez bien soin de vous, mes chères âmes réelles et virtuelles!



Un clin de soleil



Et un autre pour vous faire sourire...




Avant l'orage



Et après...



L'orage


L'oiseau dans l'orage




La lune dans le soleil



Un coucher


Un deuxième




Et un dernier...



Le bal des couleurs de la palette céleste




Ma trajectoire




Se la couler douce




La dolce vita




Une des merveilles de la Nature




Cinnamon à l'heure entre chien et loup




À l'eau!




Et plus tard ce soir, en ce 13 août 2010, l'Amerloque et moi entamerons notre 23e anniversaire de mariage et quoi de mieux que de le célébrer avec vous en visionnant cette vidéo spectaculaire la fontaine de Dubaï.  N'oubliez pas de mettre le son et bonne détente...



dimanche 11 juillet 2010

Je ferme boutique...

...jusqu'au 7 août...


Enfin!  Le temps des vacances en famille!  Je vous jure qu'il était temps, mes amis!....  Un peu plus, et je perdais complètement la boule sans parler du Nord... ;)


Comme nous partons un peu plus tôt que prévu (YOUPPI!), je dois mettre mon blogue en pause dès... tout de suite.  Je cours comme une poule à qui on a coupé la tête, puisque je dois m'assurer que tout soit en ordre du côté professionnel avant de partir au chalet et voir aux préparatifs routiniers (lavage (beurk), ménage (re-beurk) et bagages (bof...).


Pas d'ordis, de cellulaires, de trafic ou d'embouteillages et que le chant des oiseaux, les couleurs de la palette céleste, les majestueuses montagnes, les feux de bois, la musique qu'on peut savourer en paix, les bons repas, les vins qui grisent juste ce qu'il faut, les jeux de société, les casse-tête et le bricolage en famille, les grandes conversations, les belles randonnées en forêt avec notre Cinnamon adorée, les baignades dans la piscine, les dodos ininterronpus par le réveil-matin et bien entendu, quelques pas de danse ici et là. 


Il n'y a qu'une seule ombre au tableau : VOUS ALLEZ TOUS ME MANQUER!  C'est incroyable à quel point on s'attache à nos ami(e)s du monde virtuel et les gens qui ne bloguent pas ne peuvent tout simplement pas comprendre.  En fait, ils se privent d'une forme d'amitié qui est si solide, si authentique, si inconditionnelle et si pure, qu'elle fait parfois mal tant elle est belle.  Je vous aime, c'est tout et c'est comme ça!


Donc, j'échange ceci :



Contre cela.



Au revoir mes chères âmes virtuelles, et je vous revoie en août avec plein de photos, d'anecdotes et d'amour!

MISE À JOUR


JE PARS DEMAIN, SOIT MARDI APRÈS-MIDI... 


Je ferme donc mon ordi dès maintenant et bien que j'aie le coeur gros parce que vous me manquez déjà, j'ai vraiment besoin de cette pause.  Je saisis l'occasion pour vous remercier de vos bon voeux de vacances et je vous ai répondu dans la fenêtre des commentaires.

Si le coeur vous en dit, vous pouvez quand même me laisser des petits mots et me faire des clins d'oeil au cours de mon absence et ainsi, j'aurai de la belle lecture à faire en rentrant au bercail!  Bye bye, mes amours, et à bientôt! 



 

vendredi 9 juillet 2010

Un moment de tendresse

Cette vidéo veut tout dire...  Absolument tout.


Un peu plus d'amour et de tendresse, et la Terre tournerait plus rond...


À faire pleurer les plus coriaces.


Bon visionnement.




Merci, Mary-Lou, mon amie de coeur qui habite maintenant l'Italie.

mercredi 7 juillet 2010

Bonne fête ZOREILLES, mon Abitibienne au cœur d'or

Monsieur Blogger ayant récemment décidé de niaiser une grande majorité de ses membres à travers le globe, j'espère que ce message destiné à notre grande amie aura une allure un peu plus esthétique que ma première tentative...

Z élée tant sur son blogue qu’auprès de sa famille

O uvrant toujours ses « Zoreilles » bien grand pour nous écouter avec tant d’amour
R adieuse, resplendissante et rayonnante du bonheur qu’elle sème si généreusement
E lle écrit ses billets avec une plume trempée dans l’encre de son cœur
I mpartiale, toujours, dans tout ce qu’elle avance, propose ou présente
L evant les doutes sur ce que l’on pourrait souvent soupçonner
L uttant contre tout ce qui enfreint la liberté d’expression
E lle est superbe, généreuse, chaleureuse, attachante, et il nous faut tous célébrer
S on anniversaire de naissance aujourd’hui en ce 7e jour du 7e mois de l’année!


Bonne fête ma grande amie virtuelle que j’aime tellement qu’il me semble te connaître depuis des lustres dans le monde réel.

Je t’embrasse bien fort et souhaite que tu voies la réalisation de tes rêves les plus chers!


Et voici deux petites photos, juste pour toi… Ce n’est pas grand-chose, mais je te les offre avec amour et tendresse.






Et enfin, une petite vidéo qui me fait penser à toi, même si elle est chantée dans "l'autre" langue...

lundi 5 juillet 2010

Nos danses gagnantes sur vidéo!

Comme promis il y a belle lurette, les voici!...


Bien que la qualité laisse à désirer et qu’à mon humble avis, les soi-disant professionnels qui ont filmé l’événement ne savaient pas vraiment ce qu’ils faisaient, ces clips sont mieux que rien et je suis heureuse de pouvoir les partager avec vous.


Par ailleurs, selon les techniciens qui ont maintenant réglé presque tous les problèmes d'ordre technique, nos serveurs auraient fait «kaboum» à cause de ces fameuses vidéos qui comportaient des erreurs au niveau de l’écriture informatique.


Pour en revenir à ces clips, je tiens à signaler que nous sommes loin d’être des pros et par conséquent, vous demande de faire preuve d’indulgence quant à ces danses. À bien y penser, elles vous feront sûrement rire de bon cœur et comme ce blogue se veut surtout humoristique, ces vidéos sont idéales pour commencer la semaine en riant.


L’Amerloque et moi sommes néanmoins très très très fiers des élèves qui ont participé à cette compétition et de tous les efforts qu’elles ont consacrés en vue d’en faire un succès. Nous sommes également plutôt satisfaits des chorégraphies que lui et moi avons conçues pour deux des trois numéros. Pas trop mal pour des novices en la matière! ;)


Voici donc le Tango Argentin dont l’auteur de la chorégraphie est inconnu et pour lequel nous avons remporté la 3e place. Mon Amerloque est à droite et je suis à gauche sur votre écran, souvent camouflée par un poteau et par le photographe professionnel de l’événement. Tant mieux, donc! ;)




Et maintenant, voici le Mam-Boa, notre pièce de résistance, qui a remporté la première place au cours de cette compétition.  La chorégraphie est signée par nous deux et compte 286 pas, chose inusitée pour un numéro de ce genre.  Cette fois, le responsable de la vidéo est derrière nous et le clip est pris de dos…  Enfin, c’est mieux que rien!  Vous me retrouverez malgré tout assez facilement à votre droite, dans toute la première rangée avant qui fait face à la table des juges.  Je suis celle qui se fait aller les «baguettes», comme mon bien-aimé papa appelait mes bras, comme nulle autre...



Et enfin, voici notre Cha-cha endiablé en couple qui a remporté la 7e place, ce qui n’est quand même pas trop mal pour des vieux croûtons comme nous, et nous sommes encore responsable de la chorégraphie.




Comme vous pouvez le constater, nous nous sommes tous bien amusés et j’espère de tout cœur que ces vidéos vous feront à tout le moins sourire.  Pour vous rafraîchir la mémoire quant à l’article qui a été publié sur le sujet, voici le lien en question :


http://www.insidehalton.com/community/haltonhills/article/827743


Bon visionnement et bien que je sois désolée par la piètre qualité des vidéos, j’attends néanmoins vos commentaires avec le plus grand plaisir! 

mercredi 30 juin 2010

Are we there yet???

Maintenant que tout semble vouloir rentrer dans l'ordre et que la ville se remet tranquillement de ses fortes émotions, la petite famiglia a bien hâte de partir en vacances et de se réfugier au chalet, loin de tout et surtout, sans ordis ni cellulaires, mais bien dotés de nos appareils-photo!


Nous prévoyons partir d'ici quelques semaines et je vous ferai signe avant la grande évasion qui durera une vingtaine de jours.  Le bonheur à l'état brut, quoi!

Cependant, celle qui semble ne plus pouvoir attendre le jour du départ et qui n'arrête pas de poser la question ci-dessus rendue célèbre par Bart, dans les Simpsons, a été prise en photo hier matin et la  voici dans toute sa splendeur :
 
  Cinnamon, notre chienne adorée, veut partir TOUT DE SUITE!
   
Quant à Jazz et Chablis, nos deux autres garnements, ils ont besoin d'une période de repos loin de Cinnamon.  Par ailleurs, ils n'aiment pas trop le changement et prennent plutôt plaisir à mettre à maison sens dessus dessous au cours de notre absence.  Ils adorent aussi notre charmante amie-voisine qui vient demeurer avec eux pour voir à ce qu'ils ne s'ennuient pas trop.


Nous sommes prêts à faire la fête!  Vous partez quand, déjà?
 
 Ah, mes animaux!  Comme ils sont gentils de me laisser vivre chez eux! ;)

lundi 28 juin 2010

Violence à Toronto et difficultés techniques

Dans un premier temps, je vous remercie toutes et tous du plus profond de mon coeur pour les merveilleux éloges que vous avez faits à propos de Fifille.  Vos commentaires me font toujours tellement de bien et vous lire est pour moi un pur bonheur.  Cependant, je n'ai malheureusement pas eu le temps de vous répondre individuellement, comme je le fais normalement, compte tenu du titre de ce billet.


Les difficultés techniques que nous éprouvons depuis jeudi dernier feraient frémir d'horreur les plus futés dans le domaine.  En fait, sans vouloir sombrer dans la paranoīa, il semblerait que ce sont probablement des rusés qui n'avaient rien d'autre à faire que de semer la zizanie partout à Toronto au cours du week-end qui ont réussi à saboter certains systèmes.  Je vous le donne en bref : plus de sans fil, serveurs fièvreux, ordis qui ne répondent plus et câblodiffusion totalement à plat.  Par ailleurs, ces difficultés ne sont pas toutes réglées. 


Vous êtes sans doute au courant que les deux sommets (G-8 et G-20) ont eu lieu ici, récemment.  Le premier qui s'est tenu à Huntsville, une région plutôt calme et sereine où se trouvent de nombreux chalets et heureux vacanciers, s'est très bien déroulé. 


Quant au second, le fameux G-20 qui nous a coûté la peau des fesses ainsi que des millions par minute pour assurer la sécurité (mais quelle sécurité, bon sang?) des dignitaires et des citoyens, il a eu lieu dans un climat de violence jamais vue à Toronto depuis bien des années.  Un cauchemar qu'il ne faudrait jamais revivre et tâcher d'oublier au plus sacrant. 


Bien que nous habitions à 30 minutes de la métropole, cette saloperie s'est déroulée quand même beaucoup trop près à notre goût.  Nous avons traversé cette fin de semaine dans un état second, ne pouvant absolument pas croire que cette violence éclatait dans notre ville.  On se serait cru à Beyrouth, il y a environ 4 ou 5 ans. 


Voici un clip de cette incroyable fureur que j'affiche ici surtout pour mes ami(e)s de l'autre côté de l'océan, au cas où ces nouvelles n'aient pas fait les manchettes dans votre région.






Les émeutes ont été amorcées par un groupe se nommant Black Block et qui compte des anarchistes (c'est comme ça qu'ils aiment se faire appeler) provenant des quatre coins du globe... 

Voulez-vous bien me dire comment ces terroristes sont parvenus à se rendre ici et à semer la terreur dans nos rues quand NOUS AVONS DÉPENSÉ DES MILLIARDS pour prévenir ce genre de situation?  Ça me chicote, me triture, m'enrage, m'attriste, me rend nauséeuse et m'empêche de dormir. 

Mais, bon, c'est fini maintenant.  Les chefs de 20 pays sont rentrés au bercail et les pauvres marchands de Toronto doivent faire face à la musique en ce triste lundi matin.  J'y serai d'ailleurs moi-même dans quelques heures pour respecter un rendez-vous professionnel qui ne pouvait pas être annulé.

Je suis désolée, mes chers et chères ami(e)s, mais je suis incapable de visiter vos blogues respectifs, parce que les problèmes techniques ne sont pas tous réparés.  Nous attendons des techniciens au cours de la semaine et j'espère de tout coeur pouvoir vous rendre visite très bientôt dans vos magnifiques maisons virtuelles que j'aime tant!  

mercredi 23 juin 2010

Faire peau neuve

Au cours de ses 21 années bien comptées, Fifille n’a eu que deux amoureux.

Comme le premier lui a brisé le cœur en tout petits morceaux, je n’ai pas osé afficher des photos d’elle et lui ensemble, bien qu’il aurait tout simplement a-d-o-r-é voir sa frimousse sur mon blogue, puisque que Monsieur est mannequin et que sa photo apparaît déjà dans moult revues, webzines etc. Ce qui me fait penser à ce que disait souvent mon papa bien-aimé : «Le nom des fous est écrit partout»…


Quant au deuxième, j’en ai parlé récemment et souvent. L’Amerloque et moi l’aimions beaucoup et Fifille semblait aux anges, alors pourquoi ne pas afficher une histoire heureuse?


Mais voilà que se dessinent des ombres sur la toile du nouvel amour. Les petites prises de bec deviennent malheureusement plus fréquentes, surtout lorsque Fifille parle de l’avenir qu’elle entrevoit. Le chat est sorti du sac, il y a déjà belle lurette : elle est acceptée au Randolph Academy et par conséquent, fera tout son possible pour devenir une danseuse réputée qui en plus, saura chanter et jouer la comédie. Elle a dansé avec les célèbres Rockettes au Radio City Music Hall, à New-York, en 2007, détient des diplômes de la Royal Academy of Dance et du Royal Conservatory of Music (ceux-ci lui permettent d’enseigner le piano ainsi que tous les types de danses) et a presque terminé son Bac en psychologie. Fifille est une fonceuse, une audacieuse, une battante, et rien ne semble à son épreuve. Ce ne sont pas des secrets et son amoureux, au courant de tous ses exploits, a même assisté à ses deux derniers spectacles de danse.


Cependant, il aimerait qu’elle soit un peu moins ambitieuse. L’avenir qu’il envisage n’est soudainement plus le même et il croit qu’il y a trop d’études, d’auditions et de possibilités d’autres spectacles à l’horizon.


Cette fois, le cœur de Fifille n’a pas éclaté aussi fort et il y a moins de miettes à ramasser. N’acceptant vraiment pas qu’on lui mette des bâtons dans les roues, elle a tenté de le raisonner, mais peine perdue, il n’a pas voulu l’entendre et il a rompu.


Donc, ma fonceuse, mon audacieuse, ma battante est allée chez le coiffeur et a décidé de faire peau neuve. Lorsqu’elle est rentrée, je n’ai pas pu m’empêcher de la croquer en photo avec sa nouvelle coupe, ses yeux qui pétillent de rêves heureux et son sourire rayonnant.


Vas-y, Fifille! Fonce!


La question qui semble cependant la hanter se résume en un mot et on la retrouve dans cette merveilleuse chanson.


Bonne écoute et gardons ce qui suit entre nous, mais ne trouvez-vous pas qu’on lui donnerait un gros 12 ans au lieu de ses 21 avec ce nouveau look? ;)

mercredi 16 juin 2010

Dans les milliers de photos…

Hier, en ce premier anniversaire du départ de maman, j’ai trouvé le courage de fouiller un tout petit peu dans les milliers de photos qui m’ont été léguées et que je n’ai pas encore eu le cœur au ventre de trier convenablement.

Comme ce triste jour me rappelle aussi le décès de mon papa et souligne cruellement que je suis désormais orpheline (quand on perd ses parents, peu importe qu’on ait 6 ou 50 ans, la douleur est la même…), je publie ici quelques prises en vrac qui me remuent le cœur tout en dessinant à travers mes larmes un semblant de sourire.

Par ailleurs, je me souviens des goûts musicaux qui ont agrémenté mon enfance. Puisqu’ils ne s’entendaient pas souvent sur ceux-ci (papa aimait la musique classique, maman préférait le style Country; papa raffolait des Stones, maman adorait les Beatles; papa était fana de Simon & Garfunkel, maman était passionnée des Supremes;)… Cependant, tous deux adoraient Aznavour, Bécaud, Dassin, Brel, Leclerc, Moustaki, Ferrat, les Doobie Brothers, The Who, Black, U2 et j’en passe, et avaient en sainte horreur Mireille Matthieu et Céline Dion. Il n’est donc pas étonnant que mes propres goûts musicaux soient des plus éclectiques!

Parmi la myriade de chansons que mes bien-aimés parents aimaient, les deux qui suivent les emballaient tant que mon Amerloque et moi les avons choisies pour notre mariage et le baptême de notre fifille (chose qui a été faite sans que nous ne le voulions vraiment, mais parents, beaux-parents et autres membres obligent). La première (U2) a été jouée à la fin de la cérémonie matrimoniale et la seconde (Black), à la fin du baptême.

Elles se trouvent à la suite des photos-souvenirs. Écoutez avec moi… Vous verrez comme elles apportent un grand réconfort à tout cœur en proie à une grande tristesse. Je vous embrasse toutes et tous.


«C'est grand la mort; c'est plein de vie dedans. »
Félix Leclerc

Maman - Lune de miel - 1950

Maman - Lune de miel - 1950

Maman (qui m'attend), papa et Gilberte (une des soeurs de ma grand-mère paternelle) -1953

Jacqueline Labelle, Maman et Marie-Anne
(ma grand-maman paternelle - la coquine Algonquine! - 1954)

Maman et moi - 1954

Maman et moi en Gaspésie - 1964

Papa et maman - 1980

Maman et moi - 1983

Notre mariage - Montréal - Août 1988

Un ange s'est joint à nous - Baptême - Juillet 1989

Puisqu'ils sont tellement visionnés, le téléchargement de ces deux clips peut prendre un peu de temps et vous m'en voyez désolée. Je vous remercie de faire preuve d'un peu de patience... Ils en valent la peine.